Comment évaluer la valeur marchande d’une maison?

Source: centris.ca

Vous souhaitez vendre votre maison, mais vous n’avez pas d’idée du prix à demander? Évaluer la valeur marchande d’une maison peut s’avérer difficile si on ne sait pas comment procéder.
D’autant plus qu’une mauvaise évaluation de la valeur d’une propriété entraîne des conséquences.

Si vous demandez trop cher, vous devrez probablement revoir votre prix à la baisse ou attendre avant de trouver un acheteur.
Si le prix demandé est trop bas, vous perdrez littéralement de l’argent lors de la vente! Pour obtenir une évaluation adéquate, il est recommandé de faire appel à un évaluateur agréé ou, mieux encore, un courtier immobilier.
Le courtier connaît le marché et suit fidèlement l’évolution de la valeur des propriétés. Il peut aussi vous conseiller, avant la vente, sur les travaux à effectuer qui vous aideraient à obtenir le meilleur prix sur le marché. Même si vous faites appel à un expert de l’immobilier, il est utile de comprendre les critères dont il tient compte pour effectuer son évaluation.

Voici un aperçu des méthodes et facteurs qui influencent la valeur marchande d’une maison.

Examiner « les comparables »

Si vous discutez avec un courtier immobilier, il vous expliquera qu’il est essentiel de tenir compte des « comparables ». Qu’est-ce que c’est? Il s’agit de vérifier le prix demandé pour d’autres propriétés du même type. Par exemple, si vous désirez vendre un duplex, le courtier vérifiera le prix de vente récent de duplex « comparables ». Cela veut dire qu’il cherchera à comparer votre propriété à d’autres dont les caractéristiques sont similaires. Les critères examinés incluent :

  • L’emplacement, y compris le quartier et la présence de services ;
  • La superficie et le nombre de pièces ;
  • L’âge et l’état de la propriété ;
  • Les travaux effectués ou requis, etc.

À partir de cette étude, le courtier immobilier vous proposera un prix ou une brochette de prix qui correspondent à la valeur marchande de votre maison. Dans certains cas, son évaluation des comparables l’amènera à vous conseiller de faire telle ou telle rénovation, afin d’augmenter à peu de frais la valeur de votre propriété.

Et l’évaluation municipale?

Tous les trois ans, votre municipalité révise la valeur de votre maison afin de déterminer le montant de taxes que vous aurez à payer. Le montant qui apparaît à l’évaluation municipale constitue une information utile à connaître au moment de fixer le prix de vente. Mais il ne peut servir de prix de vente, parce que la valeur réelle sur le marché peut être très différente de celle fixée par l’évaluateur municipal.

En fait, une propriété peut se vendre sous le montant de l’évaluation municipale ou, comme c’est habituellement le cas, bien au-dessus. Les conditions du marché évoluent rapidement, comme les dernières années nous l’ont démontré. L’évaluation municipale ne parvient pas à suivre ces changements rapides.

Le coût de remplacement

Une autre méthode pour déterminer la valeur d’une propriété consiste à calculer la valeur du terrain, additionnée à la valeur de remplacement du bâtiment. Ce calcul complexe nécessite de tenir compte de l’amortissement et requiert l’aide d’un évaluateur agréé.

Évaluer la valeur marchande d’un immeuble à revenu

Si vous désirez mettre en vente un immeuble locatif (un immeuble à revenu), la méthode courante consiste à fixer sa valeur en fonction des revenus de location.

Différentes méthodes d’évaluation en fonction des revenus s’offrent à vous. Cependant, il est fortement recommandé de faire appel à un courtier immobilier pour déterminer la réelle valeur marchande de votre immeuble locatif.

L’évaluation, une première étape essentielle

Une évaluation juste et fidèle au marché constitue une base essentielle pour tirer le maximum de votre investissement immobilier. Une propriété évaluée à un juste prix par rapport au marché, c’est une propriété qui donne confiance à l’acheteur et qui se vend mieux.

Source: centris.ca

Vente sans commission versus avec commission, mythes et réalités

source: publimaison.ca
Ça y est, vous avez décidé de vendre, mais connaissez-vous les 4 options qui s’offrent à vous? Toutes sorte de choses se disent à propos des différents services immobiliers offerts et chacun se fait valoir en mettant en évidence les défauts des autres méthodes.  Mais qu’en est-il exactement? Pourquoi certains vendeurs vendent-ils gratuitement alors que d’autres préfèrent payer plusieurs milliers de dollars?

Nous vous présentons ici les 4 options disponibles : 2 alternatives pour la vente sans commission et 2 pour la vente avec commission.

Vente sans commission (2 options : service gratuit et service payant)

Services gratuits (0$ service de base) – Les sites immobiliers gratuits offrent moins de services que les courtiers, mais il n’y a aucun frais de base et donc aucun risque. Il s’agit d’une solution idéale pour les vendeurs qui veulent vendre sans risquer leur argent et qui acceptent de s’occuper de chaque étape de la vente. Puisqu’il n’y a aucun frais de base, il n’y a aucun risque.

Exemples : Publimaison, Kijiji, Logis Québec, etc.

Description Avantages  Caractéristiques
Le vendeur s’occupe lui-même de sa vente

Ce service est pour les gens qui veulent vendre sans frais ou qui préfèrent payer à la pièce seulement pour les services dont ils ont besoin

Site spécialisé en immobilie

Tous les outils requis pour vendre

Aucuns frais de base, l’affichage est gratuit

Pas de commission à payer

Pas de service personnalisé d’un représentant, services dispensés par les employés de l’entreprise

Aucuns frais à payer en cas d’échec

 

Services payants (500 $ à 1200 $ plus taxes en moyenne) – Les sites immobiliers payants offrent moins de services que les courtiers, mais sont moins chers. Il s’agit d’une solution adéquate pour les gens qui veulent s’impliquer et s’occuper de chaque étape de la vente. Toutefois, il y a un prix à payer même s’il n’y a aucun résultat.  Ces entreprises réalisent donc un bénéfice sur tous les mandats, même ceux pour lesquels il n’y a pas de vente.

Ainsi, contrairement à toutes les autres méthodes, le client vendeur doit débourser entre 500 $ et 1200 $ même s’il n’y a aucun résultat. Un tel service immobilier est donc est très payant pour ces entreprises, car ils n’ont aucune obligation à remplir.

Exemples : DuProprioFlex Immobilier, etc.

Description Avantages  Caractéristiques
Le vendeur s’occupe lui-même de sa vente

C’est la solution pour les gens qui acceptent de payer pour des services prédéfinis offerts à forfait

Site spécialisé en immobilier

Tous les outils requis pour vendre

Frais inférieurs à celui d’un courtier

Pas de commission à payer

Pas de service personnalisé d’un représentant, service d’assistance dispensé par les employés de l’entreprise, le tout selon le forfait choisi

Frais à payer même en cas d’échec

Vente avec commission (2 options : service d’un courtier et service hybride)

Service d’un courtier (4 % à 5 % de commission en moyenne) – Les courtiers offrent un service complet et personnalisé. Il s’agit de la solution haut de gamme pour les vendeurs qui désirent que tout soit pris en charge. Le prix peut sembler élevé, mais vous ne payez que s’il y a vente.

Exemples : Via CapitaleRE\MAXSuttonRoyal LePage, etc.

Description Avantages  Caractéristiques
Service haut de gamme tout inclus

C’est la solution que s’offre le client qui décide de payer pour ce confort

Services personnalisés d’un représentant attitré

Règles strictes édictées par l’OACIQ

Aucuns frais à payer s’il n’y a pas de vente

Commission à débourser, mais le tout est négociable en fonction du courtier choisi.

 

Service hybride : Vente par le particulier assisté par un courtier (1 % à 4 % en moyenne) – Il existe des compagnies de courtage qui offrent des services hybrides. Ainsi, les frais de commission sont moins élevés, car ils offrent aussi la possibilité au client de vendre par lui-même moyennant des frais qui s’apparente au service assisté sans commission.

Exemples : Proprio Direct , Vendirect, etc.

Description Avantages  Inconvénient
Service tout inclus

C’est la solution que s’offrent les gens qui veulent avoir l’option de vendre par eux-mêmes sans se priver des services d’un courtier

Services personnalisés d’un représentant (courtier)

Suivi par des règles strictes

Pas de frais s’il n’y a pas de vente

Commission à débourser, mais minime si le vendeur trouve lui-même l’acheteur

En conclusion, il n’y a rien de magique.  Les courtiers font de l’argent seulement lorsqu’ils vendent des propriétés. Les sites immobiliers payants sans commission font de l’argent avec tous les clients, qu’il y ait vente ou non.  Les compagnies à services gratuits font de l’argent avec la publicité Internet et les options facultatives qu’elles offrent.

Il y a donc plus de choix pour les vendeurs, le tout en fonction du montant qu’il sont prêts à débourser pour vendre. Chaque type de service présente des avantages et des inconvénients. L’important est de s’informer et de comparer attentivement pour trouver ce qui convient le mieux à son besoin.

source: publimaison.ca

5 avantages à vivre dans plus petit

Source: realtor.ca
Vous désirez réduire vos responsabilités financières, retourner aux études, alléger le fardeau des fins de mois? Vous prenez de l’âge et pensez à la retraite? Il se pourrait que vous envisagiez de vivre dans plus petit. Sachez que l’obligation ou l’envie de réduire la taille de sa maison ne comporte pas que des renoncements.

Plutôt que de croire que vous perdrez au change, concentrez-vous sur les nombreux avantages que représente le downsizing. Par la force des choses, vivre dans plus petit c’est aussi dire adieu à la surconsommation et entrer avec douceur dans le slow living. Quel bonheur!

1. Plus économique
Qu’on se le dise, la facture risque d’être moins salée dans une petite maison que dans votre immense maison dont les deux chambres d’amis ne servent qu’en de très rares occasions. Réduire les dépenses courantes autant que les paiements d’hypothèque, de taxes, d’énergie ou de loyer vous offrira à coup sûr la marge de manœuvre financière espérée pour mieux respirer ou investir dans d’autres projets, que ce soit pour vos loisirs, vos activités ou vos voyages. 

De plus, en vendant votre grande maison, vous risquez actuellement – compte tenu du marché – de faire un bon profit en achetant plus petit. Réinvestissez cette somme dans vos fonds de placement et prenez le temps d’imaginer la suite.

2. Plus de liberté
Vous gagnerez au change plus de liberté, de spontanéité et de temps libre pour vous inscrire à un cours de perfectionnement, voyager, changer de voiture ou investir davantage dans vos REER. Le temps que vous passiez à entretenir la grande maison ou à tondre la pelouse du grand terrain pourra désormais être alloué à prendre soin de vous et des autres. Vous pourriez aussi en profiter pour vous remettre en forme en vous inscrivant au gym du quartier ou encore vous offrir davantage de sorties culturelles.

3. Mieux organisé
Décider de vivre à plus petite échelle oblige à désencombrer, à faire le tri et à éliminer le superflu. Quel bel exercice libérateur! Qui n’a pas dans son rangement ou dans son sous-sol quelques dizaines de boîtes remplies de choses inutiles qui n’ont pas servi depuis des lunes jusqu’à n’en plus connaître le contenu. Si donner au suivant fait du bien à l’âme, vendre quelques belles pièces de votre mobilier — ou les items de ces boîtes superflues — pourrait aussi vous renflouer et vous redonner l’envie de rêver.

Si vous décidez d’emménager dans plus petit, prenez le temps de trouver un emplacement judicieux pour chaque bien précieux ou essentiel que vous aurez conservé et développez le réflexe de tout remettre à sa place après chaque utilisation. Vous serez étonné de constater à quel point on a besoin de peu pour être heureux. Et à quel point le désordre est impossible dans une maison épurée!

4. Moins d’entretien
Choisir le minimalisme, c’est aussi s’alléger du fardeau des grands ménages interminables, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Car qui dit grande maison dit souvent entretien contraignant d’un grand terrain. Imaginez le temps retrouvé!

Vous allez vivre en condo? Vous paierez peut-être des frais communs ou encore beaucoup moins élevés pour faire tondre le gazon, réparer le patio, ramasser les feuilles mortes ou déneiger l’entrée de garage que pour une maison qui, au fil du temps, s’avère beaucoup trop grande pour vous.

5. Plus écolo
Vivre dans plus petit a aussi un impact sur l’environnement en réduisant, a priori, la consommation d’énergie tant en chauffage qu’en éclairage. Il va sans dire qu’en réduisant notre empreinte écologique, on contribue aussi à sauver la planète. Qui plus est, si vous choisissez de vivre en condo ou en appartement, cette empreinte sera partagée avec d’autres. 

Bref, au-delà de la tendance – on n’a qu’à voir l’intérêt croissant pour les minimaisons – vivre dans plus petit apporte son lot d’avantages tant pour la santé de votre portefeuille que celle de l’esprit et de la planète. Pensez-y!

Source: realtor.ca

Acheter une propriété sans garantie : le pour et le contre

Source: realtor.ca

L’achat d’une propriété sans garantie a des avantages. Pour les personnes qui peinent à entrer sur le marché immobilier, la réduction de prix peut être tentante. C’est aussi une bonne avenue à explorer quand l’offre de logements est particulièrement restreinte. Rappelons toutefois que l’achat d’une propriété sans garantie ne convient pas à tout le monde.

Un propriétaire qui vend sa propriété sans garantie « la vend dans sa condition actuelle. Il ne fera pas de réparations ou d’améliorations avant ou après la conclusion de la transaction », explique Nick Kyte, agent immobilier à Ottawa. « Vous obtiendrez la propriété telle quelle, y compris tout ce que vous ne voyez pas. »

En prenant les mesures qui s’imposent et en évaluant bien le risque, on peut faire un achat qui s’avère avantageux. Or, personne ne vivra la même expérience parce que « le propriétaire-vendeur ne garantit rien au sujet de la propriété, et il n’apportera aucune réparation », ajoute Jessica Kee, agente immobilière à Right At Home Realty à Toronto.

L’achat d’une propriété sans garantie s’accompagne donc d’avantages et d’inconvénients. Nous vous en présentons quelques-uns ci-dessous.

Le pour 
Une propriété peut être vendue sans garantie pour plusieurs raisons.

« Les propriétés vendues sans garantie ne sont pas forcément en mauvais état », explique Mme Kee. « Un propriétaire-vendeur peut choisir cette option parce qu’il veut faciliter la transaction ou parce qu’il liquide la propriété dans le cadre d’une vente de succession et qu’il ne peut garantir quoi que ce soit puisqu’il n’y a jamais habité. »

« Les propriétés vendues sans garantie peuvent représenter une bonne occasion pour les acheteurs, notamment en raison de leur prix », ajoute M. Kyte. « Certains acheteurs, qui n’en auraient autrement pas les moyens, ont ainsi accès au marché. Les délais peuvent également être avantageux, parce que la majorité de ces propriétés sont vacantes. Les acheteurs pourraient donc les acquérir relativement vite. Les personnes qui sont manuelles et qui peuvent compter sur de l’aide pour les rénovations pourront augmenter la valeur de la propriété. Un refinancement leur permettrait d’utiliser cette valeur nette pour faciliter leur prochain projet ou investissement. »

En situation d’offres multiples, un acheteur pourrait également proposer d’acquérir la propriété sans garantie, s’il souhaite vraiment remporter l’enchère et prévoit rénover la propriété en entier. « Dans ce cas, il n’est pas nécessaire que le propriétaire-vendeur promette d’apporter des réparations ni qu’il se porte garant de l’état de la propriété », précise Mme Kee.

Dans certains cas, l’achat d’une propriété sans garantie peut s’avérer avantageux, mais il demeure crucial de savoir exactement ce qu’on achète. La seule façon pour un acheteur de se prémunir contre toutes les surprises évitables, c’est de planifier une inspection de la propriété.

Le contre
« C’est une décision très sage de prévoir une inspection de la propriété pour que l’acheteur sache exactement à quoi s’attendre. Il a intérêt à connaître les réparations qui s’imposent ainsi que leurs coûts », conseille Mme Kee. Les propriétés vendues sans garantie ont souvent un prix alléchant, mais les acheteurs potentiels ne devraient pas pour autant se lancer aveuglément. Les rénovations peuvent se succéder et grever votre budget, surtout si une remise en état de la structure est nécessaire.

« Le pire qui pourrait arriver, et j’insiste là-dessus, ce serait de ne pas faire inspecter une propriété avant de déposer une offre ou de ne pas intégrer l’inspection aux conditions, puis de se rendre compte que la propriété achetée présente un éventail de défaillances et de problèmes majeurs », rappelle M. Kyte. Il incomberait alors au nouveau propriétaire de régler les problèmes.

« L’état d’esprit de l’acheteur compte également pour beaucoup », explique M. Kyte. « S’il n’est pas manuel, la réalisation de travaux qui pourraient compromettre sa sécurité et celle de son entourage lui coûtera plus cher en définitive s’il doit faire appel à des professionnels pour régler le problème. »

L’achat d’une propriété sans garantie vous conviendrait-il?
« Tout le monde peut trouver la propriété qui lui convient, mais chaque propriété ne convient pas à tout le monde », conclut M. Kyte. Malgré le prix de vente avantageux, l’achat d’une propriété sans garantie peut représenter un fardeau financier. Or, ce type de propriété n’est pas forcément une source de malheur. Prévoyez une inspection et assurez-vous de bien comprendre les travaux et les coûts associés à votre achat.

Votre courtier ou agent immobilier vous aidera à définir votre tolérance personnelle en matière de risque. Si vous vous intéressez à une propriété en vente sans garantie, il pourra s’informer des raisons pour lesquelles le propriétaire-vendeur a choisi cette option. Pour certains, le jeu peut en valoir la chandelle. Pour d’autres, le stress et les tracas qui accompagnent un tel achat auront un effet dissuasif. Votre courtier ou agent immobilier vous aidera à déterminer ce qui vous convient le mieux et à choisir une propriété qui vous comblera.

Le présent article est diffusé à titre d’information seulement; il ne contient pas de conseils financiers ou juridiques et ne remplace pas les services d’un conseiller financier ou juridique.

Source: realtor.ca

Panneaux solaires pour la maison : est-ce une solution rentable?

Source: centris.ca

À la fois propre et renouvelable, la production d’électricité avec l’énergie solaire gagne en popularité. Mais est-ce une solution rentable au Québec? Types de panneaux solaires, coûts et subventions : parcourez cet article pour faire le point sur la question dans un contexte résidentiel.

Produire de l’énergie solaire au Québec : avantages et inconvénients

L’installation de panneaux solaires aide à relever les défis liés à la pointe de consommation hivernale, à désengorger le réseau de transport d’électricité et à satisfaire les besoins des habitations situées loin du réseau.

Bien que ces avantages de l’énergie solaire soient non négligeables, le coût d’utilisation de ce type de système demeure encore plus élevé que celui du réseau électrique québécois. En effet, le Québec enregistre des tarifs d’électricité parmi les plus bas en Amérique du Nord.

Quels sont les types de panneaux solaires pour la maison?

Deux solutions permettent de transformer l’énergie solaire : les panneaux solaires photovoltaïques et thermiques. Plus connus, les panneaux photovoltaïques utilisent l’énergie du soleil pour produire de l’électricité et répondre aux besoins d’une propriété. Le rendement du système étant variable, celui-ci doit être relié à un dispositif de stockage ou au réseau d’Hydro-Québec pour fournir un approvisionnement électrique continu.

Les panneaux thermiques, quant à eux, chauffent de l’eau ou de l’air avec l’énergie du soleil, mais ne produisent pas d’électricité. L’eau chaude ou l’air chauffé alimente alors un système de chauffage, ce qui diminue les besoins électriques d’une habitation.

Combien coûte un système de panneaux solaires?

En plus du type d’installation, vous devez évaluer la quantité et la dimension des panneaux solaires. Fait intéressant : même si les panneaux sont fréquemment installés au toit, ils peuvent être posés aux murs, intégrés au bâtiment ou disposés dans un module séparé de la maison.

Ces éléments varient en fonction de vos besoins et de la ressource solaire disponible. Ainsi, le nombre d’heures d’ensoleillement et l’accumulation de neige influenceront le potentiel solaire et le rendement de la production énergétique.

Hydro-Québec propose un outil de calcul qui vous aidera à déterminer les coûts d’installation et la valeur estimée de l’énergie produite par un système. Faites le test!

Subventions disponibles

Le gouvernement fédéral offre la Subvention canadienne pour des maisons plus vertes, pouvant couvrir jusqu’à 5 000 $ des frais associés aux rénovations résidentielles admissibles. Le montant de l’aide financière est calculé selon la capacité ajoutée à la propriété et inclut l’achat de batteries pour les systèmes solaires photovoltaïques.

L’installation de panneaux thermiques, quant à elle, est subventionnée dans le cadre du programme LogisVert d’Hydro-Québec. L’aide financière comprend l’acquisition de capteurs servant à chauffer un système à l’eau ou à l’air.

Générer de l’électricité de manière autonome est une avenue intéressante pour plusieurs propriétaires résidentiels. Si tel est votre souhait, consultez un ingénieur spécialisé pour évaluer la rentabilité de votre projet. Autrement, il est toujours possible de consommer plus intelligemment et de réduire ses coûts énergétiques en adoptant de petits gestes quotidiens.

Source: centris.ca

Qu’est-ce qu’un certificat de localisation?

Source: centris.ca

La vente ou l’achat d’une propriété peut être complexe. En plus des différentes étapes à franchir, un certain nombre de documents indispensables doivent être fournis; le certificat de localisation est l’un d’entre eux. À la lecture de cet article, vous en apprendrez davantage sur les renseignements qu’il contient, sa durée de vie et son prix.

Le certificat de localisation

Selon la Loi sur les arpenteurs-géomètres, un certificat de localisation est un document à valeur légale qui comporte un rapport et un plan par lesquels ce spécialiste exprime son opinion sur la situation et la condition actuelle d’un bien par rapport aux titres de propriété, au cadastre, ainsi qu’aux règlements pouvant l’affecter. Il procure une garantie attestant de la conformité de la propriété ou révèle certaines irrégularités à mettre en lumière pour assurer la protection de toutes les parties concernées.

Voici les éléments pris en compte lors de la confection d’un certificat de localisation:

  • La description du terrain;
  • Les servitudes (ex. : droit de passage);
  • Les empiètements;
  • Les contraintes (ex. : zone agricole ou inondable);
  • Le respect des réglementations municipales et gouvernementales.

Pour un certificat de localisation, la durée de vie est de 10 ans, et ce, même s’il décrit correctement l’état actuel de la propriété. Dans la province, seuls les membres de l’Ordre des arpenteurs-géomètres du Québec (OAGQ) sont autorisés à produire ce document.

Le certificat de localisation est-il obligatoire ou non?

Pour réaliser une analyse complète, le notaire doit disposer du certificat de localisation. Cela en fait donc un document obligatoire à toute transaction immobilière. Celui-ci protège à la fois l’acheteur et le vendeur, qui seront alors informés des éléments importants concernant l’état de la propriété.

Fait intéressant : l’obtention d’une assurance-titre ne dispense pas le vendeur de la nécessité de fournir un certificat de localisation à jour, que la propriété fasse l’objet d’un prêt garanti par une hypothèque immobilière ou non.

Quel est le prix d’un certificat de localisation?

Pour un certificat de localisation, le prix est d’environ 1 500 $, tel que suggéré par l’OAGQ. À noter qu’il peut toutefois différer d’un arpenteur-géomètre à un autre. Ces frais sont habituellement à la charge du vendeur. Néanmoins, si l’acheteur exige un nouveau certificat dans sa promesse d’achat et que celui-ci ne présente aucune modification par rapport au précédent, il devra en assumer les coûts.

Combien de temps faut-il prévoir pour la confection?

Règle générale, la réalisation d’un certificat de localisation demande entre quatre et six semaines. Ce délai peut cependant varier selon l’effervescence du marché. Le plan et le rapport devront ensuite être remis au notaire un minimum de 20 jours avant la signature de l’acte de vente, pour lui permettre d’en prendre connaissance.

À la recherche d’experts pour vous accompagner? Faites équipe avec un courtier immobilier sans plus attendre. Inspecteur, arpenteur-géomètre, notaire : il vous recommandera de précieux alliés pour concrétiser votre projet en toute sécurité.

Source: centris.ca

Les couleurs de salle de bain en 2024

Source: centris.ca

Si vous souhaitez revamper votre salle de bain en 2024, il est recommandé de miser sur les couleurs tendance pour créer un lieu propice à la détente ou, au contraire, à l’efficacité.

En choisissant d’envelopper votre pièce d’une couleur en vogue, vous pourrez mettre en valeur certains éléments, illuminer la pièce, jouer avec l’espace ou, encore, accentuer une section précise. Pour ajouter de la couleur dans une salle de bain, plusieurs options s’offrent à vous.

  1. Les murs. Utilisez de la peinture qui convient à cette pièce plutôt humide, ou encore un papier peint sur un ou plusieurs murs.
  2. Le plancher. La céramique en couleurs permet de créer des reflets qui font fluctuer les teintes. De plus, les surfaces non unies sont toujours moins salissantes.
  3. Le carrelage. En 2024, la couleur de carrelage peut donner du caractère à votre pièce, particulièrement si elle est petite.
  4. Les accessoires. Bien agencés, les accessoires créent souvent un fort impact, surtout si la nuance principale est intemporelle. C’est la solution aussi pour changer de déco de salle de bain au gré des nouvelles tendances.

Les couleurs qui feront fureur

Voici donc 4 couleurs tendances pour la salle de bain en 2024.

La pureté

Les nuances plutôt épurées et classiques ont toujours la cote. Pour un effet zen, la couleur de salle de bain à privilégier est le gris, le blanc ou le beige. Ces teintes sont à la fois modernes et intemporelles. Vous aimerez ces tons apaisants, neutres et naturels.

Évidemment, vous pouvez ajouter certains éléments décoratifs d’une teinte plus vive pour créer un effet plus dynamique. Mais il est clair que la douceur, la lumière et le calme des teintes pures et claires est apprécié.

La chaleur

Pour une ambiance enveloppante, invitez les couleurs chaudes comme l’orangé. Cette teinte vitaminée confère une belle énergie à la pièce sans être trop agressante. Pensez aussi à la couleur Pantone de l’année : le fuzzy peach. Son mariage avec le bois, autant clair que foncé, est magnifique.

Deux autres tons à essayer dans votre salle de bain tendance : le terracotta et le rose. Pour les plus audacieux, vous pouvez opter pour un jaune ocre presque terreux en l’associant à un décor noir et blanc. Une idée surprenante!

Le luxe

Pensez au noir pour créer un look plutôt luxueux et sophistiqué. Contrairement à ce que l’on croit, le noir est idéal pour les petits espaces. Il suffit de le contraster avec de la céramique blanc immaculé.

Un éclairage approprié est nécessaire pour créer un bel équilibre. Ajoutez des éléments en laiton doré (robinetterie, miroir, luminaire, etc.) pour une touche d’élégance supplémentaire.

La nature
Deux couleurs phares : le bleu et le vert, comme l’eau et la forêt. Ces teintes inspirées sont apaisantes et tranquilles, propices à la détente et à l’évasion. En 2024, jouez avec deux tonalités de la même couleur en priorisant les foncées pour un espace harmonieux.

Que 2024 soit colorée… jusque dans votre salle de bain moderne!

Source: centris.ca

Première rencontre avec un courtier immobilier : comment se préparer?

Première rencontre avec un courtier immobilier : comment se préparer?

Source: centris.ca
Vous avez comme projet de vendre ou d’acheter une propriété avec un courtier immobilier? La préparation à votre première rencontre est une étape cruciale de ce processus qui, avouons-le, est souvent ponctué d’imprévus et d’émotions fortes.

Cependant, plusieurs acheteurs ou vendeurs se sentent parfois pris au dépourvu quand vient le moment d’établir les bases de cette collaboration. Besoins, objectifs, contraintes : les éléments à prendre en considération pour conclure une transaction immobilière réussie sont nombreux. Dans cet article, vous découvrirez donc comment bien vous préparer à cette première rencontre en vue de maximiser le rôle de votre courtier dans l’une des décisions les plus importantes de votre vie.

Bien comprendre le rôle d’un courtier immobilier

De la coordination des visites à la signature de l’acte notarié, un courtier immobilier agit comme un véritable chef d’orchestre. Ainsi, il vous aide à vendre ou à acheter une propriété en fonction de votre réalité et de vos besoins. Il vous amène à naviguer dans le monde complexe des transactions immobilières en vous faisant économiser temps et argent, tout en vous fournissant les informations essentielles pour prendre des décisions éclairées. Cela dit, quelles sont les bonnes questions à poser pour bien choisir votre courtier immobilier?

Voici quelques éléments à aborder lors de la première rencontre :

  • Quels sont ses honoraires?
  • Exerce-t-il seul ou en équipe?
  • Quand a-t-il obtenu son permis de courtage?
  • Quelles sont les plus récentes transactions qu’il a conclues?
  • Connaît-il bien le quartier visé?
  • Quelle est sa stratégie pour promouvoir votre propriété?
  • Comment négocie-t-il lors de transactions complexes?
  • Quelles sont ses disponibilités?
  • Comment communique-t-il avec ses clients?

Pour pouvoir exercer dans la province, un courtier immobilier doit détenir un permis de courtage émis par l’Organisme d’autoréglementation des courtiers immobiliers du Québec (OACIQ). Certains ont également la certification Qualité du service à la clientèle (QSC) de Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ), un processus supplémentaire qui donne des indices sur la qualité des services offerts[3] .

Cibler vos attentes et vos besoins

Une fois votre courtier immobilier trouvé, vous devrez lui fournir un maximum de renseignements lui permettant de bien effectuer son travail. Pour ce faire, vous aurez à identifier vos besoins et une liste détaillée de vos critères de recherche.

Voici quelques éléments incontournables à définir avant la première rencontre[4]  :

  • Le budget dont vous disposez
  • Le type de propriété recherchée
  • Les caractéristiques essentielles de la propriété
  • Les critères importants, mais non essentiels
  • Le ou les quartiers visés
  • Le moment idéal pour déménager

Pensez également à préciser tous les services que vous aimeriez retrouver à proximité : transports en commun, écoles, épiceries, pharmacies, cliniques médicales, restaurants, etc. Pour réaliser cet exercice, réfléchissez aux besoins actuels et futurs de tous les membres de votre famille.

La relation d’affaires avec un courtier immobilier est d’abord et avant tout basée sur la confiance. Dans cette optique, n’hésitez pas à lui faire part de vos appréhensions et à lui poser toutes vos questions au fur et à mesure. Ainsi, vous maximiserez vos chances de conclure une transaction immobilière satisfaisante.

Source: centris.ca

Renouvellement de bail : tout ce que vous devez savoir

Source: centris.ca
Vous avez reçu un avis de renouvellement de bail et avez quelques interrogations? Parcourez cet article pour découvrir les faits saillants de ce processus encadré par la loi. De la modification de certaines conditions à la hausse du loyer, on vous dit tout!

Qu’est-ce que le renouvellement de bail?

Au Québec, le renouvellement de bail – ou reconduction du bail – se fait de manière automatique aux mêmes conditions lorsque celui-ci vient à échéance. Règle générale, il est reconduit pour la même durée, à l’exception des baux de plus de 12 mois.

Le propriétaire peut toutefois apporter certains changements par rapport au loyer, au chauffage ou au stationnement, par exemple. Dans ce cas, il doit envoyer un avis d’augmentation de loyer et de modification d’une autre condition du bail à chacun des locataires.

Renouvellement de bail : date limite pour transmettre l’avis

Le délai à respecter varie selon le type de bail et sa durée. Pour les baux de 12 mois et plus, celui-ci est de 3 à 6 mois, alors que pour ceux de moins de 12 mois, on parle de 1 à 2 mois. Consultez le site du Tribunal administratif du logement pour en savoir plus.

Que doit contenir un avis de renouvellement de bail?

L’avis doit indiquer les modifications proposées à la reconduction du bail d’un logement incluant le loyer, la durée et les services offerts. Il doit aussi mentionner le délai de réponse du locataire qui est d’un mois à compter de la date de réception.

Le locataire peut réagir de trois manières :

Accepter le renouvellement de bail et ses modifications;
Ne pas renouveler le bail et quitter le logement à la fin de l’entente;
Refuser les changements, mais reconduire le bail.
Ainsi, un locataire qui refuse une modification ou une augmentation de loyer n’a pas l’obligation de quitter les lieux. Dans ce cas, le bail du logement sera renouvelé avec un point en litige et les deux parties devront trouver une entente ou formuler une demande auprès du Tribunal administratif du logement.

Un locataire qui ne répond pas à l’avis de renouvellement est réputé l’accepter. S’il refuse une condition ou s’il souhaite quitter l’appartement, il doit en informer le propriétaire par le formulaire rempli de réponse du locataire à l’avis d’augmentation de loyer et de modification d’une autre condition du bail ou un avis de non-renouvellement de bail.

Comment savoir si une hausse de loyer est conforme?

Il n’y a pas de taux fixe pour l’augmentation d’un loyer. Le propriétaire doit toutefois respecter les assises du Code civil du Québec qui tiennent compte des dépenses d’exploitation :

  • Les taxes foncières et scolaires;
  • Les primes d’assurance;
  • Les frais pour l’électricité et le chauffage;
  • Les dépenses d’entretien;
  • Les frais de services et de gestion.

Des réparations et améliorations majeures – comme le changement de la toiture, des portes et des fenêtres – peuvent également avoir une incidence sur la hausse des loyers.

Vous pensez quitter votre logement? Assurez-vous de trouver un nouvel appartement avant d’aviser votre propriétaire. Mieux vaut faire les choses dans le bon ordre!

Souce: centris.ca

Copropriété divise et indivise : Quelle est la différence?

Copropriété divise et indivise : Quelle est la différence?

Source: centris.ca

Vous avez trouvé le condo qui vous convient dans le secteur recherché. C’est une excellente nouvelle ! Plusieurs éléments différencient une copropriété divise d’une copropriété indivise. Découvrez-les.

La différence entre copropriété divise et indivise

La copropriété divise est le type de condo le plus connu.

Vous achetez une partie privative (votre appartement et stationnement privé) et une partie commune (corridors, piscine, gym, ascenseurs, etc.). Unique proprio de vos espaces privés, et copropriétaire des espaces communs.

Chaque condo a son propre compte de taxes scolaires et municipales, ainsi qu’un numéro de lot (cadastre). Propriétaire de votre partie privative, vous avez le droit de vendre votre fraction sans la permission des autres copropriétaires. Vous êtes également autonome quant à votre hypothèque et, advenant des problèmes de solvabilité d’un de vos voisins, ça ne vous affectera pas.

Un syndicat de copropriété veille à l’administration de l’immeuble et, si vous le souhaitez, vous pouvez en faire partie.

La copropriété indivise est un type de condo un peu moins connu.

Vous faites l’achat d’un pourcentage de l’immeuble, celui-ci appartient donc à plusieurs propriétaires.

Il n’y a aucun syndicat de copropriété. C’est une convention d’indivision qui permet d’administrer les droits des propriétaires, d’établir vos droits d’usage exclusif (votre appartement et stationnement privé) et d’expliquer le fonctionnement et la gestion de l’immeuble. Bien que facultative, il est fortement recommandé d’avoir une convention d’indivision.

Si vous souhaitez revendre votre part, la convention vous indique si vous pouvez la vendre à n’importe quel acheteur ou si vous êtes obligé de l’offrir en priorité aux autres propriétaires. Les futurs acheteurs doivent la respecter. Vous pouvez consulter la convention au Registre foncier du Québec.

Il n’y a qu’un seul numéro de lot (cadastre) pour l’immeuble, donc un seul compte de taxes scolaires et municipales à diviser entre les propriétaires selon leur part respective, en plus des autres dépenses pour l’entretien et les réparations de l’ensemble de la propriété.

Pour faire un achat éclairé, consultez l’article Acheter un condo indivis : les avantages et les inconvénients.

Parlons mise de fonds et de prêt hypothécaire

Pour acquérir une copropriété divise, une mise de fonds d’au minimum 5 % du prix d’achat est nécessaire. Plus accessible que la copropriété indivise qui requiert une mise de fonds de 20 % du prix d’achat. Peu importe votre type d’achat, si la mise de fonds est de moins de 20 %, vous devez assurer votre prêt hypothécaire auprès de la SCHL.

Parlant du prêt hypothécaire, le choix de l’institution bancaire vous revient si vous choisissez une copropriété divise. Dans le cas d’une copropriété indivise, vous devrez souscrire un prêt hypothécaire à la même institution bancaire que les autres propriétaires de l’immeuble.

Projet d’achat

Indécis entre une maison unifamiliale et un condo ? Consultez cet article, Achat d’un condo : quels sont les avantages.

Peu importe le type de copropriété que vous souhaitez acheter, faites affaire avec un courtier immobilier qui saura vous guider dans votre achat.

Source: centris.ca